La vie en famille

L’arrivée d’un enfant sourd dans une famille crée un profond bouleversement. Surtout si les parents sont entendants et n’y ont pas été préparés.

Pourtant les choses pourraient se passer beaucoup plus simplement et plus naturellement, si certaines dispositions étaient rapidement prises. D’autant que, maintenant, le dépistage de la surdité intervient souvent dès les premiers mois, à une période où l’enfant n’a pas encore de langage élaboré.

Pour les parents :

– rencontrer d’autres parents, des sourds, pour « comprendre ce qui leur arrive » , pouvoir exprimer leur douleur, leur angoisse, leurs interrogations et recevoir des informations dédramatisées sur la surdité. Les stages parents sont des lieux privilégiés pour cela.- apprendre à se comporter avec leur enfant, à communiquer en privilégiant le contact, la communication gestuelle.

– commencer, le plus vite et le plus tôt possible, à apprendre la langue des signes. Il est souhaitable que cet apprentissage soit étendu à tous les membres de la famille (frères et soeurs)

Pour l’enfant :

– avoir des parents qui ne se transforment pas en statues, non communiquantes, « parce que de toute façon ,il n’entend pas « .- bénéficier d’un bain de langue des signes, en rencontrant des adultes sourds et d’autres enfants sourds et en fréquentant des lieux où vit la langue des signes, et grâce aux cours de langue des signes suivis par ses parents.

Plus tard, certaines adaptations techniques faciliteront la communication et l’accès aux informations :
– avertisseurs lumineux sur la sonnette d’entrée et sur le téléphone,
– minitel, pour la communication directe par écrit (36 18) ou pour la messagerie minicom (36 12),
– boitier pour l’affichage du sous-titrage des émissions TV.
– magnétoscope pour l’enregistrement de ces émissions et pour favoriser l’information visuelle.
– etc …

Pour la vie en famille, en particulier aux moments où elle est réunie (repas, …), il n’y a pas de règles strictes, à part un souci d’assurer la communication la plus riche et la plus naturelle possible. Chaque famille s’adapte en fonction de son style de vie, du mode d’éducation, du rang de l’enfant, etc…
La maîtrise de la langue des signes par les parents restaure une situation normale où chaque personne, parent, enfant sourd, frère et soeur, retrouve son rôle habituel, sans focalisation excessive sur l’enfant sourd ni exception ou passe droit dans son respect des règles de vie commune.


Comments are closed.